Communication Non Violente au Maroc

Attentats à Paris : comment en parler à nos enfants ?


ParisCher(e)s parents,

Cher(e)s ami(e)s,

Paris a été de nouveau frappé dans son cœur par des évènements innommables et effroyables. Ces attentas ont visé notre joie de vivre, notre sens de partage et notre gaité (restaurant, spectacle musical et sportif,…). Je suis profondément triste et mes pensées vont aux familles des victimes et des blessés. Suite à ces évènements nous sommes confrontés à un flux continu d’informations et nous sommes invités à répondre aux questions de nos enfants concernant ce qui s’est passé. Le sujet est difficilement évitable entre les enfants à l’école et c’est pour cela que je vous invite à être plus particulièrement à l’écoute de vos enfants ces prochains jours. Nos enfants veulent comprendre : pourquoi il y a autant de morts ? Pourquoi tuer des gens attablés à une terrasse de restaurant ou des spectateurs d’un concert musical ?

Comment réagir face aux questions de nos enfants relatives à ces évènements ? Faut-il leur dire la vérité, toute la vérité, ou se réfugier derrière le silence ? Ne rien dire ne me semble pas la meilleur solution dans l’ère de l’hyper connectivité dans laquelle nous vivons. Nos enfants auront certainement l’information. Donc il faut partager avec eux la vérité sur ces évènements. Mais comment ? Et avec quels mots ?

Voici une proposition de quelques actions pratiques pour accompagner vos enfants durant cette période tourmentée :

  • Tout d’abord il faut absolument ne pas exposer nos enfants aux images violentes de la télévision ou des journaux. Les enfants n’ont pas à regarder ces images violentes qui laissent des traces émotionnelles plus profondes et difficilement gérables.
  • Éteindre la télévision et créer un moment de partage avec nos enfants sur le sujet pour accueillir leurs émotions. Même les plus petits sont capables de comprendre la gravité da la situation. Mais aussi leur parler de nos émotions et ce que nous vivons. C’est encourageant pour eux.
  • Mettre des mots « simples » sur ce qui est passé pour décrire la vérité. Les enfants n’ont pas besoin de connaitre le détaille de ce qui c’est passé.
  • Répondre aux questions spontanées de nos enfants et en même temps ne pas les pousser à plus de questionnement sur ces évènements.
  • Ce moment est une occasion pour vérifier avec nos enfants les informations qu’ils ont sur la situation et ainsi corriger ce qui doit l’être. Le sujet est difficilement évitable dans la cour de récréation entre les enfants. Donc rester attentifs et écouter vos enfants dans les prochains jours pour accueillir leurs paroles sans pour autant être intrusif.
  • Écouter et comprendre leurs craintes et leurs peurs. Il ne s’agit pas de céder à la panique mais en même temps il ne faut pas banaliser les sentiments de nos enfants. Nos émotions et celles de nos enfants ont besoin d’être exprimées et écoutées dans un climat sain et de confiance. Leur dire notre tristesse, notre désarroi, notre compassion pour les familles des victimes.
  • Ne pas nier d’avoir peur si c’est votre cas et ne pas demander à nos enfants de ne pas avoir peur. La peur est un sentiment sain qui nous permet de nous écouter et d’écouter nos enfants et permet de mettre des mots sur ce que nous vivons et ce que nos enfants vivent.
  • Encourager nos enfants à s’exprimer par écrit pour ceux qui sont en âge de le faire. Et pour ceux qui n’ont pas encore la maitrise de l’écriture les inviter à le faire par le dessin. L’écriture et le dessin sont des excellents moyens pour exprimer les émotions et leur faire une place concrète.
  • Malgré le nombre impressionnant des victimes il faut insister sur le côté exceptionnel de cet événement. Les enfants ont besoin de cadre donc n’hésitez pas à situer cet évènement dans un cadre spatio-temporel : Cela c’est passé hier vendredi 23 novembre dans un quartier précis à Paris et les victimes sont de nombre de tant de morts et de blessés.
  • Bien évidemment il faut adapter notre langage à l’âge de nos enfants. Mais privilégier toujours la vérité.
  • Vérifier si l’école de nos enfants a mis en place un plan d’accompagnement et connaitre les axes de ce plan.

Je reste disponible pour répondre à vos questions.

Je nous souhaite beaucoup de courage.

Mohamed Nasraddine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :