Communication Non Violente au Maroc

Saboteurs de la communication bienveillante


Première partie : les jugements et les préjugés

Suite …..

Qu’est ce que l’autre a fait ou dit pour susciter mon jugement ?
Comment je me sens lorsque j’entends ou je voie cette personne faire ceci ou dire cela ?
S’il s’agit d’un sentiment désagréable, c’est quoi mon besoin non satisfait ? et s’il s’agit d’un sentiment agréable c’est quoi mon besoin satisfait ?
Qu’est ce que l’autre peut faire pour enrichir ma vie ou l’enrichir davantage ?

Lorsque je suis sujet d’un jugement – ou plusieurs – de la part d’une personne :
tu es de mauvaise fois ;
tu es égoïste ;
Tu as un cœur en pierre ;
tu es un manipulateur ;

Il y a quatre manières d’écouter ces évaluations :
1 – mettre mes oreilles chacal orienter vers l’extérieur et donc être sur la défensive. Dire à l’autre ses quatre vérités au visage
C’est toi le manipulateur !
Il n’y a pas un cœur plus dure que le tien !

Pour la suite voir plus bas ↓

2 – mettre mes oreilles chacal orienter vers l’intérieur et donc se culpabiliser davantage :

Il est certain qu’il a raison, c’est la deuxième personne en une journée qui me traite de manipulateur.

Souvent nous mettons nos oreilles chacal dans les deux sens ( extérieur – intérieur ) et ont alterne plusieurs fois :

C’est toi l’égoïste (à haute voix est en regardant la personne dans les yeux) et un  plus tard (à voix basse) :

Ce n’est pas tout à fait faux ce qu’elle dit puisque c’est la deuxième fois qu’une personne me traite d’égoïste en une semaine !

3 – Mettre mes oreilles girafe orienter vers l’extérieur : chercher à me connecter à ce qui est vivant chez l’autre, mon interlocuteur. Me connecter à ces sentiments et vérifier ces besoins. Dans la plupart du temps les reproches des autres sont des demandes d’aide, de cris de détresse. On n’a pas appris à formuler nos manques et nos malheurs que par des critiques et des jugements orienter vers les autres ou vers nous-mêmes. Mettre mes oreilles girafe pour se connecter est une vraie occasion pour être en empathie avec les autres, leurs tendres la main pour les aider à clarifier ce qui se passe en eux.

4 – Mettre mes oreilles girafe orienter vers l’intérieur : chercher à me connecter à ce qui est vivant en moi. Me connecter à mes sentiments et vérifier mes besoins. C’est une occasion pour être en écoute auto empathique moi-même et essayé de clarifier ce qui se passe en moi.

Dans la plupart du temps, on a besoin de faire les deux à la fois : une écoute empathique des autres et une écoute auto empathique de soi-même.

Exercice :

Chercher une situation dans laquelle vous avez jugé quelqu’un « négativement » :

1 – essayer de faire une observation caméra, relater seulement les faits.

2 – essayer de trouver ce que cette personne a fait ou dit qui à déclencher votre jugement.

3 – Comment je me sens quand cette personne fait ceci ou dit cela ?

4 – C’est quoi mon besoin non assouvi ?

5 – Faire une demande à la personne :

Quand tu fais … ou quand tu dis …

Je me sens…

Et j’ai besoin de …

Serai-tu d’accord pour …. ?

La difficulté de laisser tomber cette mécanique d’évaluation normative pour m’autoriser à comprendre sans préjuger le vécu de l’autre, réside dans le fait que j’ai besoin, pour le faire, de changer mon regard, quitter mon cadre de références, lâcher mes certitudes bien rangées.

Mohamed Nasraddine Belfali

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :